La saison cyclonique en Atlantique nord prendra fin avec les derniers jours d’automne. Par leur fréquence et leur intensité, les événements météorologiques récents dans les Antilles sont exceptionnels. S’il est toujours difficile d’affirmer que ces catastrophes naturelles sont des conséquences du changement climatique, les climatologues confirment la tendance haussière des tempêtes tropicales, suite au réchauffement provoqué par les activités humaines.

Le présent est à la gestion de la situation de crise, au rétablissement de la sécurité et de la salubrité, à la résorption de la terreur psychologique. Nous faisons confiance à Annick Girardin, ministre (PRG) des Outre-mer, pour piloter cette logistique dans les semaines et les mois à venir. Panser le présent c’est rebâtir les 95 % de bâtiments détruits avec des techniques constructives adaptées pour résister au prochain ouragan qui viendra forcément. C’est gérer les situations humaines difficiles avec dignité, et respecter le choix de ceux qui veulent quitter, temporairement ou définitivement, leur territoire meurtri.

Penser l’avenir, c’est penser les réseaux, les infrastructures, l’aménagement du territoire pour faciliter la résistance et la résilience, car il y aura une prochaine fois. C’est penser de nouveaux plans d’évacuation plus efficaces, c’est sensibiliser les populations avec des exercices de simulation, c’est prévoir des abris de secours et des points de ravitaillement identifiés à l’avance. C’est aussi proposer des solutions d’assurance abordables aux populations les plus démunies. C’est enfin poursuivre la recherche pour améliorer la précision des modèles météorologiques, pour mieux prévoir les ouragans et leur intensité.

Mais l’avenir ne se décide pas que dans les Antilles. Le réchauffement climatique est un phénomène mondial, avec une responsabilité commune mais différenciée selon les pays plus ou moins émetteurs de gaz à effet de serre. La COP21 et l’accord de Paris ont été des jalons nécessaires mais tout reste à faire pour déconnecter croissance économique et émissions de CO2 : c’est ainsi que nous aiderons les Antilles et les autres territoires touchés régulièrement par des catastrophes naturelles sur le long terme.

N’oublions pas ces morceaux de France à l’autre bout du monde : l’équité territoriale et l’égalité réelle entre tous les citoyens ne doivent pas être des vœux pieux. Loin des yeux, ils doivent être à portée de notre solidarité nationale et humaniste, en tant de crise, et tous les autres jours.

Actualités en relation

Fin des frais d’itinérance : une protection ... Soixante ans après la signature du Traité de Rome, l'Union européenne, instituée dans le but d'améliorer le niveau et les conditions de vie des citoye...
Comment parler de santé publique alors même que la... Les conditions de travail des soignants dans les établissements de santé en France se dégradent très rapidement ces dernières années. Manque de moyens...
Salon de l’Agriculture : repensons un modèle... Une nouvelle édition du Salon de l'Agriculture s'est ouverte Porte de Versailles à Paris. Cette vitrine internationale, première ferme de France penda...
Pour un leadership européen dans la lutte contre l... Donald Trump décide de sortir les Etats-Unis de l'accord de Paris conclu lors de la COP21 pour la lutte contre le réchauffement climatique. C'est une ...