Depuis la parution de l’enquête du New-York Times le 5 octobre dernier, au sujet du producteur américain Harvey Weinstein accusé de harcèlement sexuel et de viols par plus d’une trentaine de personnes, la parole des femmes se libère partout dans le monde. La déferlante de témoignages accompagnés du #Metoo sur les réseaux sociaux démontre, la présence quotidienne du harcèlement de rue ou au travail, des violences sexuelles (agressions, viols) et des conséquences rattachées à celles-ci. Beaucoup de femmes sortent de l’ombre afin de faire part de leur(s) expérience(s) personnelle(s), avec courage. Le week-end dernier en France, des rassemblements se sont organisés pour faire passer les témoignages du virtuel au réel.

Les manifestant.e.s étaient là pour témoigner et/ou soutenir les victimes de harcèlement, d’agressions, de viols et pour exprimer leur ras le bol face à de tels agissements. Les Jeunes Radicaux de Gauche (JRG) souhaitent joindre leurs voix à celles des trop nombreuses victimes et rappeler leur soutien aux associations et collectifs œuvrant dans le domaine de la prévention et de la lutte aux violences à caractère sexuel.

Nous, citoyen.ne.s devons prendre conscience que cette parole qui se libère est la traduction d’un phénomène de société sur lequel il n’est plus possible de fermer les yeux. Un important changement est nécessaire et nous devons y participer collectivement, car la société dans laquelle nous vivons ne permet pas aux femmes d’être l’égale de l’homme. Pire encore, la culture du viol omniprésente impacte tout le monde.

Le gouvernement a annoncé des mesures telles que la pénalisation du harcèlement de rue. En ce sens, les JRG prennent acte d’une volonté d’avancer sur ces questions mais ne peuvent se satisfaire d’une mesure qui prendrait le problème à l’envers. En effet, c’est aussi par l’éducation des enfants et des jeunes, la formation des professionnels de la jeunesse que nous commencerons à inverser ce schéma sociétal.  La promotion de la culture du viol doit être bannie des médias notamment à travers d’importants changements opérés dans la publicité. D’autres actions fortes doivent également envoyer un message clair : l’ère de l’impunité est officiellement terminée. En parallèle de l’éducation, c’est sur le cadre juridique qu’il faut agir. Changer la loi pour faciliter le dépôt de plainte et la recherche des agresseurs, former les personnels qui accueillent la parole dans les commissariats ou encore modifier le code pénal en y inscrivant des notions telles que le consentement et la sidération psychique ; ainsi que revoir la définition de viol qui ne met l’accent aujourd’hui que sur la pénétration et les violences.

Le combat pour l’égalité femme-homme, n’est pas qu’une affaire de femmes. C’est l’affaire de tous, dans toutes les sphères de notre société : au travail, en politique, dans les écoles, collèges, lycées et universités, etc . C’est pourquoi il est urgent de que nos partis politiques ouvrent eux aussi une réflexion pour mettre en place un environnement plus sain pour les militant.e.s, avec par exemple des personnes chargées d’accueillir la parole ou encore des espaces de discussion qui permettraient aux femmes mais aussi aux hommes de se confier en toute sécurité.

Parce que  les violences sexuelles ne sont pas encore en France, qualifiées comme elles devraient l’être : inacceptables, inexcusables, injustifiables, les Jeunes Radicaux de Gauche sont mobilisés pour faire évoluer notre société et permettre aux victimes d’avoir la reconnaissance qu’elles méritent.

Actualités en relation

Pour un leadership européen dans la lutte contre l... Donald Trump décide de sortir les Etats-Unis de l'accord de Paris conclu lors de la COP21 pour la lutte contre le réchauffement climatique. C'est une ...
Erasmus : 30 ans d’Europe ! « Je suis elle, elle, elle, et elle aussi. Je suis français espagnol, anglais, danois. Je suis pas un mais plusieurs. Je suis comme l’Europe, je suis ...
Bayer pousse le cynisme un peu plus loin Cela fait des mois que la rumeur circulait, elle a été confirmée la semaine dernière. Monsanto, un géant des biotechnologies agricoles, a accepté la p...
Pour une approche réaliste et raisonnée de la fin ... « Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insu...