Le 11 juin dernier, les Jeunes Radicaux de Gauche ont organisé un débat sur l’avenir de l’Union Européenne avec d’autres formations politiques jeunes. Alors que le référendum sur la sortie de l’Union Européenne se tient demain en Grande-Bretagne, nous avons souhaité revenir sur notre vision.

L’Union Européenne s’est construite sur la volonté d’une appartenance commune. La souveraineté des peuples doit être totale sur ce point. L’Union est basée sur des choix rationnels mais aussi sur un désir unanime. On peut transposer la conception de la nationalité développée par Ernest Renan à cette volonté d’appartenance et de croyance en un destin commun. Il faut également rappeler que la Grande-Bretagne ne fait pas partie des pays fondateurs et que son entrée se fit en 1971 après plusieurs vetos de la France.

Les débats sur le Brexit relayés aujourd’hui dans les grands médias se sont trop focalisés sur les questions techniques et économiques, notamment du point de vue de la Grande-Bretagne. La question des droits de douanes ou de la réaction des opérateurs financiers sont certes des éléments importants. L’Union Européenne semble avoir de son côté anticipé une sortie des britannique,s notamment sur l’ensemble des accords qu’il faudrait renégocier avec notre voisin. Tout cela reflète bien le problème de l’Union aujourd’hui : le manque de politique.

La perspective de maintien dans l’U.E. et de ses conséquences sont nettement moins évoquées, or elles seront tout aussi importantes. Quel prix fera payer le Royaume-Uni pour son maintien eu égard aux accords négociés avec la Commission du «mécanisme de sauvegarde» que d’autres pays pourraient invoquer s’ils voient leurs services publics ou la sécurité sociale débordés par un «afflux d’ampleur exceptionnelle de travailleurs venus d’autres États membres» ? En reniant le principe de solidarité, on peut parier que l’immobilisme nous amènera à renoncer à l’Europe politique, et la tentation sera grande de la réduire à une zone de libre-échange.

Il nous faut peut-être penser que la sortie de la Grande-Bretagne serait  l’occasion d’une relance du projet européen.  L’électrochoc provoqué par une sortie du Royaume-Uni obligerait à une réflexion sur le sens politique, l’occasion de faire le saut fédéral en disant au revoir aux pays qui bloquent le processus européen de solidarité du projet européen aujourd’hui pourrait être espérée.  Il ne faut pas balayer l’idée d’une Europe en cercles concentriques où une Europe plus intégrée de quelques pays n’empêcherait pas une série d’accords avec les pays voisins sur certains points de collaboration transnationale.

Ainsi quel que soit le résultat du référendum, il nous obligera, si l’on veut sauver l’Europe, à défendre un sursaut politique global pour une Europe plus intégrée, plus sociale et plus démocratique.

Actualités en relation

Etat d’urgence : Ne cédons pas nos libertés ... « La République vit de libertés, elle pourrait mourir de répression » George Clemenceau Nous, Jeunes Radicaux de Gauche, attachés aux valeurs de ...
Une réforme nécessaire des autorités administrativ... Les Jeunes Radicaux de Gauche (JRG) saluent le rapport porté par sénateur Radical de gauche, Jacques Mézard sur la prolifération des autorités adminis...
Salaire des grands patrons, la nécessité d’u... Les Jeunes Radicaux de Gauche s’indignent de la rémunération du PDG de Renault que le Conseil d’Administration de l’entreprise avait pourtant invalidé...
Alep : Ne fermons pas les yeux ! La nuit dernière, de nombreux habitants d’Alep-Est ont publié sur les réseaux sociaux des messages alarmants. La bataille d'Alep, commencée en juillet...