Ce mercredi 15 novembre 2017 aura lieu le comité directeur du Parti Radical De Gauche. Un moment important pour l’avenir de notre formation politique. Un moment triste pour certain.e.s, un moment plein d’espoirs pour d’autres. Quoi qu’il en soit, ce moment sera historique pour notre formation. Oui historique car il sera sans doute l’un des derniers comité directeur du PRG, canal historique. En effet, ce mercredi, notre comité directeur doit se positionner : congrès de réunification ou non. 
Nous, membres du Bureau National des Jeunes Radicaux de Gauche, avons des doutes. L’inverse serait douteux. Ces doutes sont lancinants.  Trois points nous inquiètent plus particulièrement. Aujourd’hui, nous souhaitons en faire part à tous les militants, au delà des simples membres du comité directeur.  
La première des questions est, selon nous, essentielle : c’est la question du vote des militants et de leur expression individuelle dans notre formation politique. Cette fusion interroge plus largement le fonctionnement même de notre organisation, avant de nous interroger sur le fonctionnement d’une future structure. Mercredi, ou le 9 décembre il devra y avoir vote. Oui mais lequel ? Nous avons toutes et tous reçu le questionnaire–sondage dont on  ne sait le traitement dont il fera l’objet. Le plus frappant dans ce questionnaire restera l’absence d’une question permettant de répondre favorablement ou non au projet de réunification.  Certain.e.s d’entre nous ont fait le choix d’y répondre, en y voyant l’ultime opportunité de faire part de leur mécontentement sachant bien le destin de ce dernier  D’autres ont fait le choix de ne pas y répondre, probablement par dépit face à ce manque de considération pour la parole militante. Pour prendre une métaphore du monde de l’entreprise, puisque c’est à la mode: dans une société anonyme, les actionnaires ont le droit de décider de l’avenir de cette dernière. Les militant.e.s en plus d’être les artisans du mouvement, en sont les adhérent.e.s et par conséquent les actionnaires. Ils doivent avoir le droit de s’exprimer mais surtout de décider des grandes orientations de leur parti. Encore davantage quand il s’agit de sa  destinée.
Dès que l’on évoque le rôle des acteur.trice.s de notre future organisation politique vient également la question de la double appartenance, ou même de la triple appartenance tant certains sont soucieux d’avoir un pied dans toutes les structures. Soyons très clairs sur ce point: Nous y sommes totalement défavorables. Plus encore, nous souhaitons que le principe d’une seule appartenance politique soit fondateur. Il est le seul garant du grand principe de l’indépendance que nous, comme la direction nationale PRG appelons de nos vœux. Nous ne voulons pas d’une promesse de Gascon qui n’engagerait que ceux qui la lisent, mais  une véritable indépendance, courageuse, qui aura pour seule valeur son épreuve du temps. Nous sommes catégoriques. Nous ne souhaitons pas de double appartenance, et encore moins avec des organisations éloignées des valeurs du Parti Radical De Gauche
Enfin, quelle ne fut pas notre surprise, pour ne pas dire notre stupeur, quand nous avons vu que la question de la parité dans les instances du futur parti serait débattue. Dans le cadre de cette mutation nous attendions des innovations (être à l’avant-garde, n’est-il pas notre marque de fabrique)  et pas une énième déception. Nous attendons un progressisme en mouvement pas un reniement.
Par conséquent, nous demandons solennellement, un vote démocratique de l’ensemble des militantes et des militants, une interdiction claire et formelle de recours à la double appartenance, et enfin, que la parité ne fasse pas l’objet d’un débat mais  soit constitutive d’un projet  politique progressiste.
Le bureau national des JRG

Actualités en relation

La lutte contre les inégalités scolaires, une prio... Le Cnesco (Conseil national d'évaluation du système scolaire) a récemment publié un rapport intitulé « Comment l’école amplifie-t-elle les inégalités ...
Oui au droit de vote à 16 ans ! A 16 ans, un jeune citoyen peut travailler, créer son entreprise ou payer des impôts. A 16 ans, un jeune citoyen est pénalement responsable. A 16 ans,...
Elections régionales: et maintenant? Les Jeunes Radicaux de Gauche (JRG) expriment leur profond soulagement en voyant qu’aucune région ne bascule à l'extrême droite. Cependant, ce refus e...
Le 7 mai, faisons le pari des libertés individuell... Le second tour de l’élection présidentielle déterminera, entre autres, ce qu’il sera possible d’attendre du prochain quinquennat en termes de libertés...