Égalité femmes-hommes : pour une politique européenne plus incitative

égalité homme-femme

Les Jeunes Radicaux de Gauche (JRG) appellent les institutions européennes à prendre des mesures plus contraignantes à destination des pays-membres de l’Union européenne dans l’ensemble des domaines où les droits des femmes ne sont pas respectés.

Pour éviter les remises en cause de politiques engagées au service de l’égalité lors d’alternances politiques nationales, l’Union européenne doit se poser en gardienne du respect des droits des femmes.

L’exemple de l’Espagne est à ce titre significatif. Pays longtemps en pointe dans la lutte pour l’égalité, les femmes espagnoles auraient pu voir leur droit à l’avortement remis en cause, si des citoyens ne s’était pas levés contre une proposition de loi conservatrice. Ainsi, l’engagement pour l’égalité doit être constant, pour éviter le recul de droits acquis de haute lutte.

Les domaines où les inégalités encore trop criantes, sont nombreux, même en Europe. Dans le monde professionnel, ce sont les femmes qui subissent le plus la précarité, les temps partiels, des écarts de salaire inacceptables et des évolutions de carrière ralenties par ce qu’elles sont femme.

La représentation des femmes en politique si elle s’améliore reste encore trop faible dans de nombreux pays. La France n’est d’ailleurs à ce titre pas vraiment exemplaire, car seules des mesures de quota ont permis des évolutions sur la parité dans les assemblées politiques. Ainsi, il aura fallu imposer des binômes paritaires aux élections départementales pour voir la représentativité des femmes accrue et égale à leur part dans la société.

Il faut que les partis et les responsables politiques, les États prennent conscience de la nécessité de l’égalité femmes-hommes dans tous les domaines. L’émancipation des femmes est nécessaire en soi, c’est un droit humain fondamental et une question de justice sociale, c’est aussi une donnée fondamentale du développement économique.

Ainsi si de nombreux efforts, des programmes et politiques européennes, ont été réalisés, l’engagement et la lutte doivent continuer avec le développement de moyens réellement conséquents et le vote au Parlement européen, à l’image des propositions du rapport Estrela, de mesures plus contraignantes pour les États.