Oui au droit de vote à 16 ans !

carte electorale

A 16 ans, un jeune citoyen peut travailler, créer son entreprise ou payer des impôts.

A 16 ans, un jeune citoyen est pénalement responsable. A 16 ans, un jeune citoyen a déjà une conscience politique et peut s’engager dans des associations, conseils de jeunes ou syndicats lycéens. Alors pourquoi ne pas lui accorder le droit de vote dès 16 ans ? Depuis plusieurs années, la question fait débat au sein de la société française. Et, les Jeunes Radicaux de Gauche sont engagés pour l’extension de ce droit qu’ils défendent actuellement dans le cadre de leur campagne « T’as le pouvoir, vote! ».

Abaisser le droit de vote à 16 ans, c’est répondre aux évolutions de la société. Rompons avec la vision paternaliste de la jeunesse ! A l’heure actuelle, les changements démographiques, l’éducation, le meilleur accès à l’information notamment grâce aux nouvelles technologies ont considérablement amélioré les capacités décisionnelles des jeunes et de leurs capacités à faire un choix éclairé lors des élections.

Dans un système démocratique où voter est le premier mode d’action d’un citoyen qui souhaite faire entendre sa voix, l’inclusion des jeunes citoyens dans les processus décisionnels est une composante essentielle du bon fonctionnement de notre démocratie. Si ce droit n’est bien évidement pas le seul outil pour améliorer la citoyenneté active et encourager la participation des jeunes, il peut être la pointe de l’iceberg pour la participation active de la jeunesse et la refonte du fonctionnement des institutions démocratiques.
Ainsi l’abaissement de l’âge du vote à 16 ans pourrait avoir un effet positif sur la participation électorale à long terme, puisque les jeunes ont la possibilité d’exercer leurs droits civiques dès leur plus jeune âge. De nombreuses études témoignent de l’importance du « premier vote » dans les habitudes de vote suivantes.

Bien évidemment, le droit de vote à 16 ans ne peut pas être pensé sans les moyens adjacents nécessaires pour une mise en œuvre réussie. Il s’agit notamment de la réduction progressive de l’âge requis pour se présenter aux élections ou encore de l’accompagnement civique du jeune citoyen, notamment par le système scolaire.